Carnet de bord Bertrand, David et Catherine – La suite…


Par Catherine


J 7 – Jeudi 01/12

Une journée riche émotionnellement… La résolution des conflits et le pardon… Le temps s’est suspendu… Il y a eu des rires, des pleurs, des sorties de la salle… Nous n’avons pas assez de mots ou trop de pudeur pour décrire ce que nous avons vécu tous ensemble ! Pour 14 d’entre eux,  c’était la dernière journée de formation (merci Seigneur d’avoir pu mettre 4 jours à part dans les emplois du temps, ici à Madagascar tout peut être bousculé par une autre priorité).

dsc_2091

Nous avons fait notre photo de groupe, un beau moment de remerciement de la part du groupe avec les cadeaux traditionnels malgaches, toujours de joyeux chants pour partager notre joie de vivre, ce cadeau que Dieu nous a fait cette semaine, formateurs comme participants, à cheminer ensemble ! La soirée s’est prolongée, très tard, avec nos « Timothée ».  Nous partageons notre vie de tous les jours… Nous avons rendez-vous avec le reste du groupe pour la matinée de clôture officielle le vendredi.


J 8 – Vendredi 02/12

Dernière matinée… c’est l’heure du bilan, chacun exprime son vécu, un mot retenu lors du séminaire, et Bertrand les invite à  se projeter au travers de la question : « Quelle est  l’action que tu vas mettre en place à l’issue de cette formation ? »

… Plus de 3 grandes feuilles de « paperboard » sont remplies, une matière riche à exploiter pour nos relais sur place. S’en suit la séance tant attendue de remise des attestations de présence, suivie des photos avec les poignées de main, les accolades et autres manifestations très émouvantes de l’amitié et de la reconnaissance.

En début d’après-midi, nous avons, à l’invitation de Renaud et Isabelle, et avec une partie des frères et sœurs du comité EFF de Madagascar, fêté EFF avec un superbe gâteau réalisé, lu la Parole de Dieu, échangé des présents avant de recevoir nos bénédictions mutuelles.

Notre équipe allait se scinder en 3 pour la fin de la semaine :

  1. Certains « Timothée » EFF Madagascar rentraient chez eux,
  2. Nous restions avec Bertrand à Tananarive pour divers travaux. Correspondance et autres skypes avec les « Paul » pour Bertrand, une dizaine de rendez-vous de relation d’aide demandés par des couples pour nous 2, et également la rencontre de dimanche (j’en parlerai un peu plus tard…)  avec les 2 grandes  églises baptistes pour nous 3.
  3. Richard et Mariette, nos « Timothée » de Fianarantsoa, accompagnés de Renaud et Isabelle, pour aller à Tamatave (ville située à 360 km mais, à 10 heures de voyage en bus collectif), afin de redonner, à la demande des églises locales, un aperçu de la mission EFF au travers de l’enseignement raccourci de SPC « Savoir parler aux couples ».

Nous avons pu prier tous ensemble avant de nous disperser.

A 21h45, nous avions décidé tous les 3 d’accompagner nos 4 missionnaires vers le bus qui allait rouler la nuit, pour arriver à Tamatave à 04h00 le samedi, l’enseignement débutant à 08h00. Voyez-vous, nous avons ressenti un peu ce que les apôtres et disciples du temps de Jésus devaient vivre et partager avant de partir sur leurs différents champs et lors de leurs nombreux voyages missionnaires dans toutes les contrées.

Puis tout l’après-midi, Bertrand et David se sont mis au travail durant 4 heures sur les dossiers de la mission EFF International, je crois (je dis « je crois » car  je les ai laissés tous les 2…) qu’ils « compilaient » les différentes prévisions 2017 de chacun de nos différents relais dans  tous les pays en francophonie, pour préparer le budget 2017.


J 9 – Samedi 03/12

La matinée est consacrée encore au travail de la mission pour Bertrand, avec un certain nombre de correspondances et de réponses qu’il doit apporter. Chaque fois les réponses sont personnalisées et nous avons conscience de ce temps nécessaire pour lui.

Pour notre part avec David, nous avons les rendez-vous de relation d’aide planifiés. Nous avons prévu un petit espace au calme avec un peu de convivialité autour du canapé où les couples se succèdent et partagent leurs joies et également leurs difficultés, leurs peines… Nos entretiens se terminent à chaque fois par une « tâche » à entreprendre par le couple afin d’entrer en action et de rester dans l’ESPERANCE.

Avec David, nous avions également prévu d’aller rendre visite à Pauline et son mari Rosa (tous 2 participent à la formation ATP 1 et 2). Avec leur fille, Bienvenue, qui à 23 ans, ils ont créé en 2009 ce lieu où ils recueillent des orphelins, pour la plupart des jumeaux.  En ce  moment, ils ont 27 jeunes orphelins et enfants abandonnés de 7 jours à 18 ans, qu’ils encadrent avec 7 jeunes filles et mamans. Rosa est également le pasteur d’une petite  communauté qui est impliquée dans l’accompagnement à leur mesure de l’orphelinat. Nous avons été émus par leur ministère et par la dignité avec laquelle ils parlent d’abord de leur joie avant d’évoquer leurs sujets de prières.

Les enfants ont chanté, et nous avons pris  une collation avec eux dans le réfectoire, nous avions ramené de  France, une spécialité lyonnaise : les « papillotes » en cette période de Noël, qui ont eu beaucoup de succès.  Bienvenue, la fille unique du couple,  comme elle le dit elle-même, la « sœur ainée de tous ses 27 frères et sœurs », a entrepris de brillantes études de droit couronnées de succès.  Alors que la spécialisation très lucrative en « droit des affaires » lui tendait les bras, avec de nombreuses  bourses d’études supérieures proposées dans les meilleures écoles en France et en Chine, Bienvenue a décidé  de poursuivre sur Tananarive  la suite de son cursus en faisant des recherches sur le droit des enfants, bien décidée à prendre la relève de ses parents à l’orphelinat …


J 10 – Dimanche 04/12

La journée a débuté tôt, puisque  nous étions attendus à 06h45 par Raphaël, Ancien d’une des églises baptistes où nous allions tous les 3. Avec David, nous allions rester dans la 1ère église, alors que Bertrand allait ensuite prêcher dans une autre église de cette même dénomination.

David a apporté la Parole (Apocalypse 3 : 20) lors d’un long culte (08h00 à 12h30) au cours duquel 13 baptêmes ont été célébrés. Nous avons vu que les enfants restaient au culte, et nous avons même tous ensemble assisté à la  leçon « d’école du dimanche » donnée aux enfants par leur moniteur.

Puis à l’issue du culte, un moment fort où nous avons été conduits à sortir de l’église pour nous rammener à l’entrée, et où chacun des 420 participants au culte est venu nous serrer la main et échanger quelques mots.

Bertrand nous a rejoint pour le repas « agape » réalisé  dans l’église pour permettre aux familles qui habitent loin de se restaurer avant le programme de l’après-midi, car la journée n’était pas finie…

Notre table était installée et tout autour celle des membres avec un micro où chacun pouvait prendre la parole, nous poser des questions, exhorter le Seigneur ou témoigner et partager des anecdotes. Quel bel exemple de communion fraternelle !

Puis s’en est suivi, de 15h00 à 16h00, le temps où Bertrand a pu apporter à l’ensemble de la communauté, un message sur « la foi », comme toujours pratique, interactif et participatif. Alors que la haute chair lui était proposée pour prêcher à l’église, il a préféré descendre en proximité avec son auditoire pour interpeller sur la foi et la vérité. L’église a beaucoup apprécié.

Les jeunes (une soixantaine) ont ensuite pris la main sur la suite de la rencontre, avec des louanges dynamiques, le partage de la parole où chacun avait sa contribution, quelques «  vieux encore jeunes » s’étaient joints à l’assemblée, les vestes et les cravates ayant disparues, les jeunes avaient investi pacifiquement la place. 3 claviers, 1 guitare et 2 tambours rythmaient la louange, et avec créativité, ils ont enchainé plus de 15 chants (à chaque fois une seule strophe) alternant le malgache et le français… Ils appellent cela le « medley-louange ». Puis ils ont demandé à David de conduire pour les jeunes un partage et une exhortation. David leur a fait chercher dans leurs bibles… toutes sur tablettes ou portables  « Actes des Apôtres chapitre 29 ». Après qu’ils aient fait remarquer à David qu’il devait se tromper car sur leur bible,  le livre s’arrêtait à Actes 28, nous les avons exhorté à vivre le texte en Luc 9 :13, où Jésus demande à ses disciples de « nourrir eux même la foule », non pas à la force de leur capacité, mais avec celle de Christ. David les a invité à considérer le leadership – serviteur de Jésus – et la manière dont il a «  coaché ses disciples ».

Puis ont suivi les temps des au revoir et les séparations douloureuses avec nos frères et sœurs, et les promesses de correspondance, et pourquoi pas, de retrouvailles en 2017 Dieu voulant…

Nous sommes rentrés heureux et fatigués et nous nous sommes couchés, tous les 3, il était 20h30 à peine, le cœur léger, plein de reconnaissance d’avoir vécu ces moments.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s