Le voyage d’Hervé… la suite…


Par Hervé…


Françoise est rentrée en France.

⇒  Dès le dimanche après-midi, nous sommes partis pour Tuléar avec 3 des correspondants de Tana. Ce sera pour eux un complément de formation avant de devenir autonome, ils vont devoir me traduire et développer certaines explications. Ce sera pour eux un rodage de connaissance.

⇒  Nous avons décidé de faire le voyage en taxi brousse (voir photo ci-dessous) : il s’agit d’un mini bus, dans lequel s’entassent 21 passagers, un chauffeur et un aide chauffeur, plus quelques bébés, un dindon et un coq de combat…

chargement

⇒  Le départ est laborieux : il faut établir le chargement assez improbable de la galerie de toit sur 1,50m de hauteur, attendre tous les passagers souvent bloqués dans la circulation de Tana, tout cela sous une chaleur de plomb dans un enclos poussiéreux surnommé « gare routière » !

⇒  Au bout de 2h nous voilà parti pour 20h de route ! Le chauffeur est très assuré. Il semble connaitre chaque trou ou ornière de la route. Les paysages défilent, magnifiques… cela permet de voir la vie des villages traversés. Au cours de la N7, jalonnée par des tas de briques en attente le long des rizières, les étals colorés des marchands de fruits et légumes tout au long… nous doublons des attelages divers, charrettes à zébus, chariots à traction humaine, pousse-pousse (voir photo ci-dessous), véhicules de grand luxe comme des années 50, beaucoup de vélos encore plus de piétons, tout cela rythmé par le son de l’avertisseur.

pousspouss

Avec des haltes de 10 minutes toutes les 4h, nous avançons dans la nuit. Des contrôles de police nous obligent à rouler en convoi pour être moins vulnérable aux attaques des pillards.

⇒  Au petit matin, le chauffeur laisse sa place et se plonge dans une étude biblique de l’évangile de Matthieu. Dommage, il ne parle pas français. Je lui montre quand même ma Bible : échange de sourires.

⇒  A 10h du matin, nous arrivons à Tuléar après avoir traversé des paysages très divers : culture, brousse, désert, ville minière, et assisté aux évolutions régionales des différents types d’habitat.

⇒  Nous sommes surpris de nous retrouver là. Ce voyage qui paraissait si long avant le départ c’est finalement passé avec beaucoup de plaisir.

⇒  L’équipe sur place nous accueille. Il fait très chaud. Si Tana est à 1 500 m d’altitude, Tuléar est au bord de la mer.

⇒  Nous aspirons à une vraie nuit de repos avant d’attaquer, le mardi matin, la formation.

⇒  L’église qui nous reçoit se trouve dans un quartier très pauvre. Le cyclopousse nous dépose le long d’une rue commerçante. Entre 2 échoppes s’ouvre un dédale d’allées au milieu d’une sorte de bidonville. Des enfants en haillons jouent dans une poussière noire, devant des cabanes faites de planches, de tôles et de sacs tressés : c’est très impressionnant !

⇒ La formation se déroule bien, passée les premières heures, un peu intimidées. Malgré la barrière de la langue les échanges sont vifs et intéressants. Il faut jongler avec les différences et habitudes culturelles et toujours revenir à la Bible.

⇒  Certains sujets sur le fonctionnement de la communication dans le couple sont des découvertes totales pour certains. D’autres, à propos de la contraception ou la soumission à l’autorité de la belle-famille, font débat.

⇒  Les témoignages de plusieurs personnes nous montrent la pertinence de cette formation « Aimer sans regret », pour outiller les chrétiens locaux face à un désarroi moral et une absence de repère épouvantable où l’arrière-plan animiste est souvent présent : des parents poussent leurs fillettes de 13 ans à la prostitution : « il est de bon ton d’avoir un enfant avant de se marier pour prouver que l’on est fertile ».

Des touristes européens sont là pour le tourisme sexuel et affichent sans honte leur abjection.

J’ai parfois le sentiment d’amener une goutte d’eau dans un océan, d’osciller entre nausée (devant une telle misère morale, spirituelle et sociale) et grande joie dans les échanges privilégiés avec ceux de cette famille de la foi.

water-90781_640

⇒  Dimanche après-midi, nous prévoyons le retour sur Tana, et retour vers la France pour moi jeudi 16 avril.

Merci pour vos prières et votre soutien.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s